Par une recherche du sensible dans la proximité, je déploie le spectre d’une photographie d’apparence vernaculaire où l’accident trouve sa place.
Tâtonnant dans mon quotidien et mes souvenirs, je m’applique à y déceler la vulnérabilité des corps, les mystères intérieurs comme une trace, une géographie intime d’une fiction documentaire.
Utilisant principalement du matériel argentique, je mélange les formats (carré et 135 mm), la couleur et le noir et blanc. Cela m’offre une véritable liberté et spontanéité dans la prise de vue et accentue ce rapport charnel aux images mentales.

Peu à peu se dessine un récit qui prend la forme d’un onirisme banal, un réalisme magique dans lequel un paysage est une peau et une peau un paysage.





EN

By the reserach on sensitivity in promiscuity, i try to depict a vernacular photography where accidents has its place.
Looking in my daily life and my memories, i look for bodies’s vulnerability, inside mysteries like a track, an intimate grography from a fictionnal documentary. Using generally analog, i mix formats (square, 135 mm) as well as color and black and white. It gaves me freedom and spontaneity and increase this organic way to connect with mental pictures.

Gradually, a narrative appears taking the shape of a common fantasy, a magic realism in wich landscapes ares skins ans skins are landscapes.